close

Comment le Transport à la Demande dynamique répond aux enjeux de la Smart Mobility ?

Smart Mobility et TAD dynamique

D’un côté, les centres urbains se développent toujours plus vite (l’ONU estime que 2,5 milliards de personnes de plus habiteront dans les villes d’ici 2050), la congestion automobile coûte très cher (17 milliards d’euros par an en France, soit l’équivalent de 1 943 euros pour chaque foyer motorisé), et les transports urbains nécessitent des investissements colossaux.

De l’autre, des zones périurbaines et rurales sont délaissées, et la voiture est le moyen de transport le plus utilisé (et parfois le seul disponible). Résultat : la gestion des flux et de la mobilité est un sujet hautement stratégique pour lequel il n’existe pas de solutions miracles.

Si la smart mobility ne résout pas tous les problèmes, elle pourrait toutefois faire évoluer les paradigmes existants pour dessiner le futur de nos territoires, en utilisant la technologie pour un coût adapté aux besoins des collectivités locales et des habitants.

Smart Mobility : un enjeu technologique et sociétal

La smart mobility se définit par l’usage de la technologie au service de la mobilité des usagers. Pour fonctionner, cette technologie a besoin de données qui sont alors collectées, agrégées et traitées. 

Dans la majorité des cas, ce sont des entreprises privées qui font ce travail, et en particulier les géants américains comme Google, Tesla ou Apple. Le meilleur exemple est celui de l’application Waze (qui appartient à Google), où les données individuelles des utilisateurs sont mises en commun au service de tous (et surtout des annonceurs qui peuvent proposer de la publicité géolocalisée et contextualisées). 

Dans certains cas, ce sont les collectivités publiques qui tentent de recueillir des données elles-mêmes. C’est le cas avec Lorient qui dispose de 200 capteurs pour suivre la pollution sonore en temps réel, ou de Rennes qui fait appels à 35 habitants volontaires pour effectuer des relevés de qualité de l’air.

Enfin, dernière option, le partenariat public-privé. C’est ainsi que Nice et Uber se sont associées dans le cadre d’un projet pilote concernant les trajets de bus dans les zones mal desservie la nuit. La ville a accès aux données anonymisées des trajets des clients. Elles servent à analyser la distribution de la demande de transport pour mieux adapter son offre.

La smart mobility concerne donc de très nombreux sujets. On peut ainsi citer :

  • Les problématiques de covoiturage et de VTC : pour mettre en relation chauffeurs et passagers.
  • La géolocalisation des bus : pour anticiper le temps d’attente et mieux gérer les circuits et trajets.
  • La circulation en temps réel : pour fluidifier le trafic.
  • La gestion des places de stationnement disponibles : pour gagner du temps, et limiter la congestion et la pollution.

Les 7 caractéristiques de la smart mobility 

La mobilité intelligente est une approche holistique qui n’est pas uniquement technologique. Elle intègre également des paramètres humains, sociétaux et environnementaux :

  • Flexibilité : les modes de transport multiples permettent aux voyageurs de choisir ceux qui conviennent le mieux à une situation donnée.
  • Efficacité : le voyage amène l’usager à sa destination rapidement et avec un minimum de perturbations.
  • Intégration : l’itinéraire complet est planifié de porte à porte, quel que soit le mode de transport utilisé.
  • Technologies propres : le transport s’éloigne des véhicules polluants au profit de véhicules à émissions nulles.
  • Sécurité : moins de véhicules sur la route signifie aussi un nombre de morts et de blessés réduit.
  • Inclusivité : pour ne laisser personne de côté et inclure les personnes éloignées des centres urbains et des transports en commun traditionnels.
  • Accessibilité : pour que tout le monde, quels que soient sa condition physique et son lieu d’habitation puisse avoir accès à une solution de mobilité.

Pour fonctionner, la smart mobility repose sur un traitement intelligent des données. L’intelligence artificielle n’est toutefois pas une fin en soi, mais un outil pour rendre la mobilité plus juste et inclusive. Car on peut être intelligent (smart) mais pas toujours juste (fair). D’où le développement de la fair mobility qui complémente la smart mobility.

Le transport à la demande dynamique : une solution idéale

Le transport à la demande (TAD) est un service de transport public qui s’inscrit dans une démarche de smart mobility. Comme son nom l’indique, c’est une offre qui fonctionne uniquement sur réservation. L’usager peut organiser son déplacement depuis son smartphone et suivre l’avancement du bus ou de la navette en temps réel.

C’est une solution pertinente pour les territoires périurbains et ruraux, où la demande de transport est souvent diffuse et où les lignes régulières sont peu efficaces. C’est une offre idéale pour le transport intelligent d’aujourd’hui et de demain : 

  • Flexibilité : le TAD s’adapte aux horaires et aux déplacements grâce à une communication efficace des données entre passagers et gestion des circuits.
  • Efficacité : le parcours de la navette est automatiquement calculé et optimisé selon les réservations des usagers. Moins de temps sur la route, c’est une meilleure optimisation des navettes et un gain de temps pour les passagers.
  • Intégration multimodale : l’itinéraire est planifié du point de départ au point d’arrivée et peut s’interfacer avec plusieurs options de transport selon les besoins (navette, bus, métro…).
  • Technologies propres : le TAD valorise les véhicules propres et réduit la congestion sur les routes.
  • Sécurité : le conducteur est un professionnel dont le métier est de conduire ses passagers dans les meilleures conditions.
  • Inclusivité : toutes les zones géographiques peuvent être couvertes, des villages aux grands centres urbains où les transports sont très limités (voire inexistants), notamment la nuit.
  • Accessibilité : le transport est aussi un levier d’intégration et le TAD facilite les voyages des personnes à mobilité réduite, des personnes âgées, des jeunes et des usagers n’ayant pas le permis de conduire.

Ouvert à tous les territoires et adaptable à toutes les échelles, le transport à la demande offre de nouvelles perspectives pour les collectivités publiques. Une bonne pratique citoyenne, humaine et environnementale qui transforme la technologie en levier de cohésion et de développement, pour un coût maîtrisé.

Leave a Response