close

Interview

Les usagers du Transport à la Demande nous racontent : Saint-Nom la-Bretèche

Transport à la demande: Saint-Nom

Nous continuons nos rencontres à Saint-Nom-la-Bretèche et son réseau de Transport à la Demande TAD Ile-de-France Mobilités (ex Flexigo Gally-Mauldre).

Notre premier trajet en TAD dynamique effectué depuis la gare de Saint-Nom-la-Bretèche nous conduit à la place de la mairie sur laquelle nous attend Samir. Samir est un des conducteurs de TAD de l’agglomération. Son service terminé, il a bien voulu nous accorder quelques minutes.

Le service a bonne presse parmi les riverains parce que Saint-Nom sans transport c’est un grave problème. Le service séduit aussi les non-résidents pour des usages très différents. Il permet de brasser tous types de clients et de nationalité, les gens se fréquentent plus qu’avant.

Pour Quentin, 27 ans, jeune actif parisien, de passage à St-Nom et rencontré un peu plus tard le service est un vrai vecteur de lien social.

On sent qu’il y a une volonté de grouper les gens, de faire qu’ils se déplacent ensemble. Le minibus est moderne, le chauffeur connait ton nom et tu dois t’annoncer quand tu montes. Ça donne l’impression que le chauffeur connaît personnellement les gens qu’il embarque.

Quentin utilise le service pour la première fois:

Ce sont les amis que je vais rejoindre à St-Nom qui m’en ont parlé. Faute de Uber, on serait venu me chercher à la gare si le service n’existait pas. Au moins je ne dérange pas et je garde mon autonomie. J’ai halluciné quand j’ai appris que le service était inclu dans mon pass Navigo. Même si j’habite à Paris, j’aurais aimé qu’on en parle plus. Il y a zéro pub, ça m’aurait peut-être plus motivé à venir passer un peu de temps en grande couronne, surtout le weekend quand il fait beau, c’est tellement agréable.

Sur le trajet du retour, nous approchons Christian, 52 ans, salarié à St-Nom depuis plusieurs années et qui réside à Mantes-la-Jolie. Il témoigne :

Sans le service, j’aurais été obligé de venir beaucoup plus tôt au travail. Je mets quasiment le même temps de trajet qu’en voiture mais au moins j’évite les bouchons et j’économise mon essence. Au moins je permets d’éviter la pollution car ma voiture reste à la maison.

Quand nous lui demandons ce qu’il pense de l’application de réservation il confesse :

Je ne suis pas très à l’aise avec les smartphones donc je réserve par téléphone en avance, en général pour toute la semaine. C’est bien qu’ils aient gardé un numéro sur lequel appeler. 

Transport à la demande: Saint-Nom
À propos de TAD IDFM de Gally-Mauldre

  • 11 communes desservies
  • Lancé le 2 janvier 2018
  • Cofinancé par Ile-de-France Mobilités et la Communauté de Communes de Gally-Mauldre
  • Plus de 250 trajets/jour de semaine
  • Exploité par Transdev
  • 6000 voyages / mois
  • +95% des réservations effectuées via l’application mobile
  • 95% de ponctualité
  • Le service a été mis en place afin de faciliter l’intermodalité en permettant aux habitants du territoire d’accéder aux gares de Maule, Plaisir et Saint-Nom-la-Bretèche aux heures de pointes sans utiliser leur véhicule personnel. Le service permet également de faciliter les déplacements des seniors et des jeunes non-motorisés sur la zone grâce à l’offre en heures creuses tous les jours de la semaine et le samedi vers les communes de la Communauté de Communes et les gares.

 

En savoir plus

Rencontrer d’autres usagers de Transport à la Demande

 

Pour respecter leur anonymat, les prénoms des interviewés ont été modifiés.

Lire la suite

À la rencontre des usagers du Transport à la Demande : Saint-Nom la-Bretèche

Transport à la Demande: Saint-Nom

À l’occasion de la 18ème édition de la Semaine Européenne de la Mobilité, nous donnons la parole aux usagers de nos réseaux de Transport à la Demande dynamique. Aujourd’hui, premier focus sur l’ouest parisien. Direction Saint-Nom-la-Bretèche et son réseau TAD Ile-de-France Mobilités (ex Flexigo Gally-Mauldre). 

Arrivés en gare de Saint-Nom La Breteche Foret de Marly, nous nous rendons à l’arrêt de TAD et attendons le minibus que nous avions réservé quelques heures à l’avance via l’application TAD IDFM. Une fois à bord, nous rencontrons Huynh, 39 ans qui vient d’emménager à St-Nom-la-Bretèche. Elle a entendu parler du service par son mari qui a obtenu l’information sur internet :

Même si je ne l’utilise pas très régulièrement, j’en suis très satisfaite. C’est quand même très pratique et facile à réserver.

Huynh utilise le service pour se rendre à son domicile situé à 30 minutes de marche de la Gare.

Avant je me rendais à la gare en voiture. Maintenant je réserve un minibus plus ou moins à l’avance, il y en a à toute heure. Je fais des économies de carburant. En plus je n’ai pas besoin de me garer ou de payer un stationnement.

Je sais que je peux compter sur ce service pour les déplacements de ma fille depuis et vers la gare qui est en pleine forêt. Ça me rassure de savoir qu’un minibus l’attend quand elle rentre de Paris le soir.

Akhil, 17 ans, lycéen, résidant lui aussi à St-Nom, nous écoute silencieusement d’une place adjacente puis intervient:

Il n’y a pas photo. Avant je faisais parfois de l’auto-stop pour me rendre en cours le matin ou rentrer le soir. Ce n’était pas évident et il m’arrivait parfois de marcher plus de 45 minutes quand personne ne voulait me prendre. C’était carrément plus galère et pas très safe. C’est sûr que ce  service rassure mes parents, surtout quand il fait nuit.

Pour Akhil qui maîtrise bien l’application, les créneaux horaires proposés sont nombreux mais ne correspondent parfois pas aux horaires des trains en gare:

On se retrouve à avoir parfois 15-20 minutes de battement ou alors on loupe son train.

Le lycéen ajoute que des efforts en termes de communication et d’acculturation restent à faire:

Parfois des gens ne peuvent pas monter car ne savent pas qu’ils faut réserver. C’est frustrant pour eux et le chauffeur et ça pourrait être évité si tout le monde connaissait les règles du jeu dès le départ. En gare, personne ne peut vraiment expliquer le fonctionnement du service et les panneaux – quand il y en a – ne sont pas assez clairs à mon avis. 

Nous descendons à l’arrêt “Europe 1” pour nous rendre à la place de la mairie sur laquelle nous croisons Mélanie 37 ans, mère de famille qui habite à 5 minutes.

J’utilise exclusivement ma voiture, je n’ai jamais eu besoin d’utiliser le service mais je le trouve pratique. Je pense l’utiliser s’il m’arrive une tuile et que j’ai besoin de me déplacer à la gare ou aux alentours.

A l’évocation des témoignages d’Akhil et de Huynh rencontrés auparavant dans le minibus, Mélanie confesse:

Mes enfants vont commencer à se déplacer seuls prochainement et c’est vrai que c’est une solution qui me rassurerait.

Lire la suite…

 
À propos de TAD IDFM de Gally-Mauldre
  • 11 communes desservies
  • Lancé le 2 janvier 2018
  • Cofinancé par Ile-de-France Mobilités et la Communauté de Communes de Gally-Mauldre
  • Plus de 250 trajets/jour de semaine
  • Exploité par Transdev
  • 6000 voyages / mois
  • +95% des réservations effectuées via l’application mobile
  • 95% de ponctualité
  • Le service a été mis en place afin de faciliter l’intermodalité en permettant aux habitants du territoire d’accéder aux gares de Maule, Plaisir et Saint-Nom-la-Bretèche aux heures de pointes sans utiliser leur véhicule personnel. Le service permet également de faciliter les déplacements des seniors et des jeunes non-motorisés sur la zone grâce à l’offre en heures creuses tous les jours de la semaine et le samedi vers les communes de la Communauté de Communes et les gares.

En savoir plus

Rencontrer d’autres usagers de Transport à la Demande dynamique

 

Pour respecter leur anonymat, les prénoms des interviewés ont été modifiés.

Lire la suite

Interview de Thierry Occelli, Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis

Transport à la Demande: interview Thierry Occelli

Interview de Thierry Occelli, VP de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis (CASA) sur la mise en place du Transport à la Demande Icilà.

En quoi le territoire de la CASA est-il spécifiquement adapté aux enjeux de la mobilité partagée? 

La CASA fait face en permanence à de nouvelles demandes du fait du développement de son technopole. Dans cette optique, elle s’inscrit dans une démarche d’amélioration continue de ses services de mobilité. Sur le Transport à la Demande (TAD), elle réfléchit à comment étoffer les moyens affectés à l’offre pour couvrir de nouveaux territoires, améliorer les processus et méthodes de réservation et leurs fiabilité, garantir un bon retour client. 

La CASA dispose-t-elle déjà de solutions de Transport à la Demande? Pour quel cas d’usage?

Oui. Elle exploite des solutions de Transport à la Demande dans 10 zones du territoire. Elles rencontrent un franc succès sous la marque IciLà.

  • Pour les scolaires, le Transport à la Demande permet des déplacements au-delà des heures classiques d’entrée et de sortie de classe (8h, 17h). Nous enregistrons 128.000 courses depuis la mise en service il y a un an. Ces courses sont opérées sur les 24 communes de l’agglomération avec un fonctionnement focalisé sur environ la moitié du territoire.
  • Pour les personnes à mobilité réduite (PMR), nous proposons une offre plus individualisée de déplacements de trottoir à trottoir.
  • La CASA est souvent sollicitée pour déployer le Transport à la Demande en soirée notamment à l’occasion de grands évènements ponctuels (spectacles, théâtres etc).
Pourquoi avoir choisi de le lancer un nouveau service avec Padam Mobility ? 

La principale problématique que nous rencontrions était celle de la réservation. Notre centrale était souvent saturée dès le début de semaine. Ceci malgré la mise en place récente d’une centrale de pré-réservation en ligne. 

Dans la mesure où les principaux usagers du Transport à la Demande de la CASA sont des jeunes du collège et du lycée, Padam Mobility permettra de faciliter et simplifier la réservation de ces usagers habitués aux smartphones. 

L’agglomération s’inscrit dans une démarche de transformation digitale et de dématérialisation, notamment en ce qui concerne les titres de transport. Nous nous appuyons sur Padam Mobility pour nous accompagner dans cette démarche. Le TAD est certifié ISO9001 en mars 2019. Il répond aux objectifs d’amélioration continue que nous nous sommes fixés.

Quelles sont les attentes de vos administrés vis à vis du TAD? 

Pouvoir réserver en autonomie, en ligne, avec facilité. 

Et vos attentes à vous? 

La CASA attend beaucoup de cette expérimentation sur 2 zones avec 12 véhicules avec Padam Mobility. Malgré la particularité de notre offre (zonage, opérateur unique à partir du premier juillet), nous souhaitons obtenir un maximum d’informations quantitatives (statistiques, informations de relevés, données, km parcourus, taux de groupage, nombre de personnes transportées, etc.) et qualitatives (retours d’appréciation des trajets notamment, évaluations, etc.) car nous n’en disposons pas actuellement. 

Nous souhaitons obtenir des données assez détaillées pour la mise en place et le suivi d’indicateurs de performance qui nous permettront de savoir si ses solutions de TAD sont perfectibles. 

Padam Mobility fournit des rapports statistiques extrêmement détaillés et sera en mesure de répondre à ces attentes. La mise en place d’une bannière dans l’application qui pointe vers une enquête de satisfaction, permet d’obtenir des feedbacks qualitatifs très rapidement.

Nous prônons la réactivité de nos solutions. A l’instar de la démarche engagée par la CASA de co-voiturage dynamique, nous voulons du Transport à la Demande dynamique et intelligent !

Quelles sont les autres innovations que vous préparez dans la mobilité partagée? 

La CASA réfléchit en permanence à de nouvelles solutions de mobilité. Elle s’est récemment inscrite dans une démarche d’expérimentation de véhicules autonomes sur la voie publique. Une expérimentation sur voie dédiée a déjà eu lieu en 2016 et il s’agit maintenant d’expérimenter dans les conditions de circulation générale et sur un secteur déterminé. Aussi, nous réfléchissons à la gestion du dernier kilomètre en intermodalité avec la future ligne Bus-Tram.

Sur le sujet de la mobilité douce, la CASA a lancé son propre plan vélo. Ce dernier prévoit la mise en service de vélos à assistance électrique, le déploiement de connections cyclables avec la possibilité d’exploiter des pistes forestières. Nous avons fait un vrai travail sur les déplacements domicile-travail et l’amélioration des points noirs de circulation. Enfin, il y a la création d’une maison du vélo et d’une communauté du vélo. Cette dernière compte déjà 500 membres.

Thierry Occelli, vice président de la Communauté d’Agglomération de Sophia Antipolis.

 

A propos d’Icilà, le service de Transport à la Demande de Sophia Antipolis

Lancé en juillet 2019 avec Envibus, icilà est un service de Transport à la Demande qui rencontre un franc succès. Avec +6600 trajets par mois pour environ 37000 km.passagers, le service répond aux enjeux de mobilité en zones peu denses de la communauté d’agglomération de Sophia Antipolis. Il contribue par la même occasion à sa transformation digitale.

En savoir plus

Lire une autre interview

Lire la suite
1 2
Page 2 of 2