close

Le MAAS à Helsinki, précurseur d’une nouvelle mobilité urbaine?

Maas à Helsinki

Une application unique et une tarification unique donnant accès à l’intégralité des moyens de transports disponibles dans l’agglomération : voici comment Helsinki, pionnière du Mobility as a service (MaaS), entend révolutionner les transports urbains.

Depuis deux ans, se déplacer dans l’agglomération d’Helsinki est simple comme un clic. En se connectant à « Whim », habitants et visiteurs saisissent leur trajet et se voient proposer la combinaison de transports la plus adaptée à leurs besoins et leurs préférences. La même application leur permet aussi de payer leur trajet soit à l’unité, soit au travers de diverses formules d’abonnement. 

Tel est le principe du MaaS, Mobility as as Service, se placer du point de vue de l’usager, qui recherche avant tout le moyen le plus efficace de joindre deux points, quels que soient les modes de transports employés. L’utilisateur choisit ainsi l’un des trajets proposé par l’application, et paie pour cela un prix comprenant l’usage de tous les modes nécessaires (les différents transports collectifs, bien sûr, mais aussi le taxis, la location de voiture ou encore le vélo en libre-service). Il n’est plus question de choisir entre transport individuel, transport en commun, transport à la demande, mode doux ou mobilité partagée : l’application propose  tout, instantanément.

Un objectif : l’abandon de la voiture individuelle

« Alors que l’usager devait s’adapter aux contraintes des différents opérateurs de transports, ce sont désormais les transports qui se placent au service de l’usager »
Un seul opérateur, un seul billet, un trajet réservé et payé via son smartphone : on mesure l’ampleur du progrès pour l’usager, en termes de gain de temps, de souplesse et de confort. Pour les autorités publiques également, cette nouvelle façon de penser la mobilité révolutionne la politique des transports. Avec ses 1,5 million d’habitants, l’agglomération d’Helsinki était confrontée au même problème que la plupart des capitales européennes : une croissance démographique continue et une part toujours trop forte des déplacements en automobile. Il devenait urgent de freiner la congestion des axes routiers et les conséquences sanitaires qui s’ensuivent en termes de pollution. Devant ce constat, la métropole finlandaise a engagé un plan ambitieux à l’horizon 2025, mettant à profit un écosystème particulièrement riche en matière d’innovations et de nouvelles technologies. MaaS Global, la start-up créatrice de l’application Whim, est elle-même originaire d’Helsinki, où elle a naturellement commencé à déployer son produit, avant de le proposer avec succès ailleurs en Europe, à Anvers et Birmingham notamment.

MaaS à Helsinki : Les conditions d’émergence de ces nouveaux services

L’objectif de la ville d’Helsinki est, à terme, de voir ses habitants abandonner purement et simplement leur voiture individuelle. Dans une société structurée par l’usage (et la propriété) de la voiture, le changement s’annonce radical. À Helsinki Le monde du transport urbain a lui-même été amené à repenser ses pratiques. Pour qu’une plate-forme unique puisse intégrer l’ensemble des horaires et trajets des multiples opérateurs de transports, leur collaboration doit être totale. Celle-ci passe notamment par l’ouverture de leurs données. Cette conversion des transporteurs à l’open data constitue d’ailleurs d’une exigence imposée par la loi finlandaise, qui a permis l’émergence d’acteurs privés tels que MaaS Global.

MAAS à Helsinki

Le MaaS, un élément fondamental de la Smart City

« Si Helsinki est pionnière dans ce domaine, les marchés liés à cette nouvelle forme de mobilité émergent, et sont convoités »

L’abolition, ou en tout cas l’atténuation, des frontières entre opérateurs publics et privés de transport représente en effet une caractéristique de la Mobility as a Service. Les plates-formes telles que Whim jouent le rôle d’intermédiaire, se chargeant d’acheter des prestations de transports auprès des multiples opérateurs et de les revendre à leurs clients, en prélevant une commission au passage.
Les formules proposées sont très variées : tarifs à l’unité, abonnements au week-end, à la semaine, au mois… et, prestation la plus complète, l’abonnement mensuel donnant accès à tous les transports de manière illimitée, y compris le taxi ou la location de voiture.

À Helsinki, cet abonnement illimité est proposé à 499 euros. Derrière ce prix en apparence élevé, la start-up martèle son argument phare : « l’application vous donne tous les avantages de la voiture mais sans les inconvénients de la propriété, et pour un coût inférieur au coût mensuel d’une automobile ».

Conquérir et fidéliser un large public parmi les habitants d’Helsinki représente un défi pour MaaS Global, qui vise l’équilibre financier dans quelques années. Dans un secteur largement dérégulé, des concurrents ont fait leur apparition, proposant leur propre application de Mobility as a Service.

À l’image du marché de la téléphonie mobile, on peut s’attendre à une diversité d’opérateurs, rivalisant de prestations et de tarifs pour séduire les Helsinkiens. Ailleurs, comme par exemple en France avec la SNCF, des opérateurs « historiques » s’intéressent également à ce marché en devenir.

Mais dans l’immédiat, c’est à Helsinki que se dessine la mobilité du futur : souple et instantanée, basée sur l’intelligence artificielle et l’open data, la Mobility as a Service y représente désormais un élément à part entière de la smart city.

Leave a Response