close

Mobilité partagée : covoiturage, Transport à la Demande, autopartage, VTC… de quoi parle-t-on ?

mobilitée partagée

Avec la multiplication des solutions de mobilité partagée, les usagers sont non seulement confrontés à de nouvelles possibilités de décision pour se rendre d’un point A à un point B, mais aussi à un nombre toujours plus grand de nouveaux termes souvent difficiles à distinguer les uns des autres.

Nous souhaitons dans cet article apporter notre éclairage et expliquer les définitions les plus importantes du monde des “nouvelles mobilités partagée”.

Mobilité partagée: le covoiturage

Le covoiturage désigne le fait qu’un trajet en voiture soit partagé par 2 personnes ou plus.  Les passagers et les conducteurs se rencontrent généralement via des plateformes digitales et discutent directement entre eux des détails de leur trajet commun. Généralement, les passagers participent aux frais du trajet de sorte que les deux parties en profitent : pour le conducteur, l’utilisation d’une voiture devient moins onéreuse, L’accompagnant lui, paie nettement moins que pour un trajet seul voire moins qu’avec un autre moyen de transport. Même si le covoiturage implique généralement l’utilisation d’une voiture individuelle, grâce à la mutualisation des trajets qu’il permet, il contribue à ce qu’il y en ait moins sur la route …

Mobilité partagée : les services de Transport à la Demande ou ride pooling

Les services de ride pooling sont généralement opérés par des prestataires de services (public ou privé) dans le but de générer des revenus. À l’inverse du covoiturage, le ride pooling répond (entre autres) à une logique commerciale.

Contrairement à d’autres moyens de transport public, tels que le bus ou le train, les services proposés par les prestataires de ride pooling sont essentiellement digitalisés. Ils permettent généralement aux usagers de réserver un trajet à travers divers canaux de réservation digitaux, tels qu’une application ou un site web. En outre, certains fournisseurs de services offrent également la possibilité de réserver un trajet par téléphone via une centrale d’appels. Cette option de réservation est particulièrement utile aux personnes âgées, souvent moins habitués aux outils numériques.

Tous les services de ride pooling ne sont pas mis en place pour répondre au même objectif. La structure du service peut différer considérablement d’un fournisseur à l’autre. Par exemple, les services peuvent être mis en place pour transporter des passagers en porte à porte, pour desservir certains points d’intérêt tels que la gare de train, ou pour être réservés pour les transporter les employés d’une entreprise.

La manière dont un tel service de transport à la demande est mis en place est très spécifique et doit être évaluée en détail avec les opérateurs de transport et les autorités locales.

Les solutions de Transport à la Demande (TàD) et Transport de Personnes à Mobilité Réduite (TPMR) de Padam Mobility sont bien considérés comme des services de ride pooling.

Les services de VTC

Les services de VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur) répondent également à une logique commerciale, à la différence qu’ils peuvent être réservés par des particuliers pour un trajet spécifique et privé.

Toutefois, les usagers des services de VTC peuvent bénéficier d’un certain nombre de fonctionnalités. Par exemple, le prix de la course, est généralement affiché directement au moment de la réservation et peut être payé directement via l’application. Le suivi en temps réel du trajet est disponible directement sur le smartphone de l’usager.

Les services de VTC sont souvent critiqués car, contrairement aux transports publics ou aux trajets mutualisés du ride pooling, ils ajoutent des voitures individuelles sur les routes déjà saturées et représentent un coût supplémentaire pour l’environnement.

Mobilité partagée : le slugging

Jamais entendu parler ? Certes, ce terme illustre un phénomène américain, mais il a toute sa place dans cette liste, ne serait-ce qu’en raison de son nom curieux. Pour l’anecdote, le slugging provient du terme slug. Un terme qu’utilisent les conducteurs de bus pour désigner les faux jetons. Le slugging, est une pratique qui consiste à faire la queue en attendant qu’un conducteur privé nous emmènent gratuitement à destination. Ce type de covoiturage est régi par certaines règles officieuses mais très spécifiques, décrites dans cet article (en anglais).

Parmi ces règles, le fait que le passager ne soit pas censé payer. Même si c’est le cas, le conducteur bénéficie quand même du partage de sa voiture car il pourra utiliser les HOV Lanes, ces voies de circulation rapides réservées aux covoitureurs et qui permettent de s’affranchir des embouteillages, qui eux coûtent du temps, des nerfs et de l’argent.

L’auto-partage

L’autopartage consiste à ce que les usagers partagent entre eux un certain nombre de voitures disponibles dans une flotte en libre-service. Dans la plupart des cas, les véhicules peuvent être réservés, payés et déverrouillés via une application, sans qu’une tierce personne ait à intervenir. L’auto-partage se révèle particulièrement intéressant et pratique dans les environnements urbains, où il est rarement nécessaire de posséder une voiture.

Comme pour le covoiturage, l’autopartage repose certes l’utilisation de la voiture individuelle, mais il permet néanmoins de réduire son nombre en volume malgré tout.

 

En savoir plus sur Padam Mobility.

Cet article pourrait vous intéresser : Technologies de propulsion du futur : des alternatives à l’essence et au diesel pour les transports publics