close

Mobility-as-a-Service et Transport à la Demande : pour une plateforme inclusive

Mobility-as-a-service : il n'y a pas que la ville !

Actuellement, le Mobility-as-a-Service (MaaS) peut-être considéré comme le concept le plus “tendance” du secteur des mobilités. Ce terme, parfois galvaudé, renvoie souvent à l’image d’un centre-ville ultra-connecté, d’infrastructures et d’offres de transports pléthoriques et innovantes, en négligeant parfois les zones périphériques.

Or, le MaaS devrait représenter un tremplin pour un  promouvoir une mobilité durable et inclusive, en mettant en valeur les offres de transport public et de mobilité partagée

Intégrer du Transport à la Demande (TàD), solution qui fait ses preuves dans la desserte des territoires peu denses, dans une solution de Mobility-as-a-Service plus globale – intégrant les territoires peu denses tels que les zones péri-urbaines et rurales – constituerait un vrai changement de paradigme en matière d’égalité devant la mobilité.

Mobility-as-a-Service : innover pour mieux planifier 

Le MaaS  permet à l’usager d’avoir accès à l’ensemble des modes de transport disponibles (train, bus, tram, Transport à la Demande, vélo, trottinette, VTC, marche…) sur une même application mobile dans une logique d’intermodalité et de multimodalité et de réduction de l’usage de modes de déplacements plus polluants telle que la voiture individuelle.

À l’instar de la classification des niveaux d’autonomie des véhicules, le MaaS présente plusieurs niveaux d’intégrations des offres de transport.  Ces derniers assistent de manière croissante la mobilité de l’usager. À terme, il s’agit de proposer une expérience multimodale totalement intégrée, sans rupture, et matérialisée par un unique ticket (niveau 5/5).

La démarche Mobility-as-a-Service : une opportunité multidimensionnelle pour les collectivités

  • Pour les Autorités Organisatrices de la Mobilité (AOM), le MaaS est un puissant outil de politiques publiques. Il doit permettre d’assurer l’intérêt général dans l’utilisation et le contrôle des territoires, et proposer un modèle optimisé de transports publics urbains et périurbains. À fortiori, le MaaS représente un outil précieux pour s’assurer que les offres de nouvelles mobilités entrent en complémentarité avec les transports publics, et non en concurrence.
  • Les collectivités ont tout intérêt à adopter une position active à propos du MaaS. Pourquoi ? Atteindre des objectifs en matière de réduction de l’autosolisme et de la pollution et garantir que leurs infrastructures de transport public constituent l’épine dorsale du service proposé.

Au-delà des villes, le MaaS doit permettre au périurbain d’avoir accès à des solutions de déplacement pertinentes.

L’intégration du Transport à la Demande (TàD) : un pas en avant vers un MaaS responsable

L’intégration du TàD dans un MaaS plus global intégrant les territoires peu denses met en avant la nécessité de rompre avec le clivage entre les grandes aires urbaines et le reste du territoire en termes de mobilité. Elle propose des solutions à cet enjeu : 

Le Transport à la Demande favorise l’inclusion économique et sociale

Le TàD développé par Padam Mobility dans les zones périurbaines, peu denses, est une opportunité pertinente dans les territoires en quête d’un nouvel élan. Il permet aux opérateurs d’optimiser le trajet des bus dans ces zones pour répondre à une demande qui n’est pas uniforme.

L’objectif ? Réduire la polarité des réseaux de transport autour des grandes villes et connecter des zones reculées aux réseaux en place pour faciliter la desserte des zones dynamiques et des bassins d’emplois, par exemple.

Promouvoir un MaaS responsable c’est aussi prendre en compte tous les types de profils d’usagers (actifs, étudiants, personnes âgées, PMR…) et leurs spécificités. Il s’agit également de proposer des alternatives au digital pour les usagers ne disposant pas de smartphone. Le TàD est en mesure de s’adapter à ces besoins, en proposant des services accessibles aux Personnes à Mobilité Réduite (TPMR), adaptées à différents types de populations (jeunes, actifs ou seniors), et en permettant des réservations via plusieurs canaux, incluant ceux adressés aux usagers les moins connectés.

Plus de flexibilité pour répondre aux modifications des comportements de mobilité

Une démarche Maas à l’échelle de tous les territoires doit répondre à la volonté de rendre plus flexible l’usage des transports qu’ils soient collectifs, ou actifs (vélo, marche). Attrition des déplacements, télétravail, e-shopping, la crise sanitaire est un accélérateur de cette tendance. La solution délivrée par le TàD met l’accent sur un besoin de transports publics plus flexibles à l’aube d’une modification profonde des comportements de mobilité.

Partager une plus grande quantité de donnée entre MaaS et TàD pour une intégration vertueuse

Le partage de données entre les différents opérateurs de transport soutient l’inclusion du TàD dans les démarches de MaaS. Dans cette perspective, la plus grande masse de données échangées apporte des éléments précis en matière de politiques publiques à mener et d’amélioration continue des services et infrastructures.

Mobility-as-a-Service et TàD en Allemagne : l’intégration est en marche

DB Regio, filiale du groupe Deutsche Bahn (un des principaux opérateurs de transport en Allemagne), restructure son offre de transport rurale autour du MaaS. Afin de repenser la brique du TàD et de l’adapter aux enjeux de la ruralité, DB Regio a sélectionné Padam Mobility pour déployer sa solution de TàD WDW NOW en Rhénanie-Palatinat, un land rural du sud-ouest de l’Allemagne. Un partenariat avec la société Hacon, a permis de faciliter l’intégration de la solution de TàD de Padam Mobility dans l’offre globale de mobilité locale, dans une logique de MaaS inclusif :

Un des aspects les plus convaincants du service est son caractère inclusif, car il répond aux besoins de différents groupes de populations en particulier ceux qui n’ont pas facilement accès aux options de mobilité, comme les personnes à mobilité réduite. De plus, les différentes options de réservation couvrent toutes les tranches d’âge : les jeunes sont habitués à faire des réservations via l’application, tandis que les plus âgés préfèrent parler à une “vraie personne“. Gerd Overbeck, responsable des nouveaux services de mobilité chez Hacon.

D’autres intégrations ont été effectuées notamment en France, à Lille (Keolis-Padam Mobility).

En savoir plus sur Padam Mobility

Cet article pourrait vous intéresser : Le MaaS : les transports en mutation